IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Câble de chargement iPhone : Apple pourrait être contraint de passer à l'USB-C,
Sur décision de l'Union européenne

Le , par Jonathan

52PARTAGES

7  0 
On se souvient qu’en 2012, Apple avait changé son câble de chargement à 30 broches de l’époque pour une alternative Lightning. Il se pourrait bien que d’ici peu de temps, Apple soit forcé de changer à nouveau les câbles de chargement pour iPhone. En effet, les législateurs européens ont fait une demande pour développer un port de charge commun pour tous les smartphones disponibles sur le marché et veulent obliger Apple à s’y conformer. Il sera donc question pour la société d’adopter les câbles USB-C et abandonner le connecteur Lightning extrêmement populaire en Europe.

L'UE devrait voter sur la question lors d'une prochaine session, mais aucune date n'a encore été annoncée. Si cela arrivait, ce serait le troisième câble d'Apple en 13 ans. Pour soutenir cette décision, l’UE déclare que cela contribuera à réduire les déchets électroniques puisque d’après certaines estimations, les anciens chargeurs génèrent plus de 51000 tonnes de déchets électroniques par an. De plus, les députés veulent des mesures contraignantes pour que les chargeurs s'adaptent à tous les téléphones et autres appareils portables, ce qui facilitera la vie aux utilisateurs.


Lancé en 2014, l’USB-C est devenu le câble incontournable pour de nombreux gadgets émergents. Il est le dernier chargeur pour de nombreux ordinateurs portables et téléphones Android et est actuellement utilisé par l'Oppo Reno3, le Huawei P30 et le OnePlus7Pro. Cette décision de passer à l’USB-C obligerait Apple à utiliser ce câble dans les pays de l’Union européenne. Mais ce câble est également susceptible d'être adopté à l'échelle mondiale afin d'éviter de créer un design différent pour les pays non membres de l'UE.

Il faut noter qu’Apple a déjà adopté des ports USB-C sur plusieurs de ses produits, notamment les nouveaux MacBook et l'iPad Pro. La société avait déjà fait connaître son point de vue concernant les propositions visant à forcer les chargeurs communs dans l'industrie. Apple avait déclaré qu'un chargeur commun pour tous les smartphones était mauvais pour l'environnement et gèlerait l'innovation au lieu de l'encourager. Le passage à l’USB-C rendrait les câbles iPhone actuels inutiles et forcerait les fans à acheter un nouveau câble (près de 25 dollars) s'ils améliorent leur combiné.

Source : Dailymail

Et vous ?

Pensez-vous que cette décision devrait être adoptée ?
Quelles conséquences entrevoyez-vous pour Apple ?

Voir aussi :

Des versions trafiquées des câbles usb pour iPhone, identiques aux originaux, permettent aux pirates d'accéder à distance à votre ordinateur et sont en vente à 200 dollars
Affaire Pensacola : Apple a refusé à nouveau de déverrouiller les iPhone d'un tireur de masse aux USA Voici sa déclaration complète
Apple et Foxconn auraient enfreint le droit du travail en Chine pour fabriquer les nouveaux iPhone qui doivent sortir bientôt rapporte China Labor Watch dans son récent rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/06/2022 à 17:42
L'UE parvient à un accord pour faire de l'USB-C un chargeur commun pour la plupart des appareils électroniques,
un coup dur pour le port Lightning d'Apple

L'Europe a conclu un accord pour faire de l'USB-C un chargeur commun pour tous les téléphones et appareils électroniques, dans le but de réduire les déchets électroniques et les inconvénients liés aux chargeurs incompatibles. « En vertu des nouvelles règles, les consommateurs n'auront plus besoin d'un chargeur et d'un câble différents à chaque fois qu'ils achètent un nouvel appareil, et pourront utiliser un seul chargeur pour tous leurs appareils électroniques portables de petite et moyenne taille », a déclaré le Parlement européen dans un communiqué de presse

Les législateurs de l'Union européenne sont parvenus à un accord sur une législation qui obligera tous les futurs smartphones vendus dans l'UE - y compris l'iPhone d'Apple - à être équipés du port USB-C universel pour la recharge filaire d'ici l'automne 2024. La règle s'appliquera également à d'autres appareils électroniques, parmi lesquels les tablettes, les appareils photo numériques, les écouteurs, les consoles de jeux vidéo portables et les liseuses. Les ordinateurs portables devront se conformer à la règle à une date ultérieure.

La législation est en cours d'élaboration depuis plus d'une décennie, mais un accord sur son champ d'application a été conclu ce matin à la suite de négociations entre différents organes de l'UE.

Les acheteurs pourront également choisir s'ils souhaitent acheter de nouveaux équipements électroniques avec ou sans chargeur.

L'UE a travaillé avec l'industrie pour réduire le nombre de chargeurs de téléphones portables de 30 à 3 au cours de la dernière décennie, a-t-elle déclaré l'année dernière. Le plus gros impair est le port iPhone Lightning d'Apple qui est utilisé par environ 20 % des appareils vendus en Europe. Apple n'a pas encore répondu à la législation, mais en 2020, a déclaré que la pression pour un chargeur de téléphone universel « étoufferait l'innovation ».

Depuis 2009, l'entreprise a systématiquement dénoncé ce projet, expliquant qu’il nuirait à l’innovation dans le domaine. « Le temps qu’il a fallu pour aller de l’avant avec ce projet montre le pouvoir d’Apple, qui jusqu’ici est parvenu à retarder le processus, pendant que d’autres constructeurs ont accepté d’utiliser le port USB-B, et maintenant USB-C », expliquait l’eurodéputée verte Saskia Bricmont au New York Times en septembre dernier. Affirmer que la proposition de la Commission européenne de faire de l’USB-C la seule norme pour le chargement filaire des smartphones étoufferait l'innovation serait une énorme absurdité. Pour Anna Cavazzini, présidente de la commission de protection des consommateurs du Parlement européen, « si quelque chose de mieux que l'USB-C émergeait, les règles s'adapteraient. »

Un autre problème qui n'est pas tout à fait clair est la manière dont l'UE souhaite que les fabricants gèrent différentes normes telles que DisplayPort pour la vidéo. En ce qui concerne la fourniture d'énergie, l'UE a simplement déclaré que « les consommateurs recevront des informations claires sur les caractéristiques de charge des nouveaux appareils, ce qui leur permettra de voir plus facilement si leurs chargeurs existants sont compatibles ». L'USB-C version 2.1 prend en charge jusqu'à 240 watts de puissance, contre 100 watts auparavant, mais il n'existe aucun moyen clair d'identifier la puissance qu'un câble donné peut prendre en charge.

L'UE jette chaque année 12 000 tonnes de chargeurs, dont beaucoup sont inutilisés, selon des analystes. Dans le même temps, les consommateurs dépensent environ 2,4 milliards d'euros en chargeurs autonomes non inclus avec les appareils.

Après les vacances d'été, le Parlement et le Conseil devront approuver formellement l'accord avant sa publication au Journal officiel de l'UE. Il entrera en vigueur 20 jours après sa publication au Journal officiel et ses dispositions commenceront à s’appliquer après 24 mois. Les nouvelles règles ne s'appliqueront pas aux produits mis sur le marché avant la date d'application.


Avec ces règles, les consommateurs n'auront plus besoin d'un dispositif de charge différent à chaque fois qu'ils achètent un appareil.

Communiqué du Parlement européen

À l’automne 2024, l'USB Type-C deviendra le port de charge commun à tous les téléphones mobiles, tablettes et appareils photo dans l'UE, ont convenu les négociateurs du PE et du Conseil.

L'accord provisoire sur la directive modifiée relative aux équipements radioélectriques établit une solution de charge unique pour certains appareils électroniques. Cette législation s'inscrit dans le cadre d'un effort plus large de l'UE visant à rendre les produits dans l'Union plus durables, à réduire les déchets électroniques et à faciliter la vie des consommateurs.

En vertu des nouvelles règles, les consommateurs n'auront plus besoin d'un dispositif et d'un câble de charge différents à chaque fois qu'ils achètent un nouvel appareil, et pourront utiliser un seul chargeur pour tous leurs appareils électroniques portables de petite et moyenne taille. Les téléphones mobiles, les tablettes, les liseuses électroniques, les écouteurs intra-auriculaires, les appareils photo numériques, les casques et les écouteurs, les consoles de jeux vidéo portables et les enceintes portables qui sont rechargeables via un câble filaire devront être équipés d'un port USB Type-C, quel que soit leur fabricant. Les ordinateurs portables devront également être adaptés aux exigences dans les 40 mois suivant l'entrée en vigueur du texte.

La vitesse de charge est également harmonisée pour les appareils autorisant la charge rapide, ce qui permet aux utilisateurs de charger leurs appareils à la même vitesse avec n'importe quel chargeur compatible.

Une meilleure information et un meilleur choix pour les consommateurs

Les consommateurs disposeront d'informations claires sur les caractéristiques de charge des nouveaux appareils, ce qui leur permettra de vérifier plus facilement si leurs chargeurs actuels sont compatibles. Les acheteurs pourront également choisir d'acheter les nouveaux équipements électroniques avec ou sans dispositif de charge.

Ces nouvelles obligations entraîneront une plus grande réutilisation des chargeurs et aideront les consommateurs à économiser jusqu'à 250 millions d'euros par an sur les achats inutiles de chargeurs. On estime que les chargeurs jetés et inutilisés représentent environ 11 000 tonnes de déchets électroniques par an.

Encourager l'innovation technologique

À mesure que la technologie de recharge sans fil se répand, la Commission européenne sera habilitée à élaborer des actes dits délégués sur l'interopérabilité des solutions de recharge.

Citation

Le rapporteur Alex Agius Saliba (S&D, MT) a déclaré : « Aujourd'hui, nous avons fait du chargeur universel une réalité en Europe! Les consommateurs n'auront plus à acheter un chargeur avec chaque nouvel appareil mobile. Nous sommes fiers que les ordinateurs portables, les liseuses électroniques, les oreillettes, les claviers, les souris d'ordinateur et les appareils de navigation portables soient également inclus. Nous avons également amélioré l'information et l'étiquetage pour les consommateurs et ajouté des dispositions sur le chargement sans fil, car il s'agit de la prochaine évolution de la technologie de chargement ».


Vers l'USB-C sur l'iPhone ?

L'introduction d'un «*chargeur commun*» est une tentative de l'UE à la fois de réduire les déchets électroniques et de faciliter la vie des consommateurs. Les législateurs espèrent qu'à l'avenir, les téléphones et gadgets similaires n'auront pas besoin d'être livrés avec un chargeur dans la boîte, car les acheteurs auront déjà les accessoires appropriés à la maison.

L'accord aura le plus grand impact sur Apple, qui est le seul grand fabricant de smartphones à utiliser encore un port propriétaire au lieu de l'USB-C. En 2021, Apple a vendu 241 millions d'iPhone dans le monde, dont environ 56 millions en Europe.

Lorsqu'il lui a été demandé lors d'une conférence de presse si l'UE ciblait spécifiquement Apple, Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur de l'UE, a répondu que ce n'était pas le cas. « La règle s'applique à tout le monde. Elle n'est adoptée contre personne », a déclaré Breton. « Nous travaillons pour les consommateurs, pas pour les entreprises, et nous devons donner des règles à ces entreprises; des règles claires pour entrer dans le marché intérieur ».

Le rapporteur Saliba a ajouté : « Dans deux ans, si Apple veut vendre ses produits sur notre marché intérieur, il devra respecter nos règles et son appareil devra être USB-C ».

Cependant, le communiqué de presse de l'UE indique que la nouvelle législation s'applique aux appareils « qui sont rechargeables via un câble filaire ». Cela signifie qu'Apple pourrait éviter d'ajouter USB-C à ses appareils en créant un téléphone qui ne se charge que sans fil (comme le laissent entendre les rumeurs). Cependant, des rapports récents indiquent que la société teste des iPhones avec USB-C en interne, et l'analyste Apple Ming-Chi Kuo affirme qu'Apple pourrait faire le changement dès l'année prochaine. Apple utilise déjà la norme USB-C sur les ordinateurs portables et certaines tablettes.

La Commission européenne a annoncé ses plans actuels pour cette législation en septembre dernier, mais les efforts du bloc pour forcer les fabricants à utiliser une norme de charge commune remontent à plus d'une décennie. Dans les années qui ont suivi, les fabricants d'Android ont convergé vers le micro USB puis l'USB-C comme norme de charge commune de choix, tandis qu'Apple est passé de l'offre de téléphones avec son connecteur propriétaire à 30 broches à Lightning.

Source : communiqué de presse

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Coup dur pour le port Lightning d'Apple ?
27  0 
Avatar de herr_wann
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/08/2021 à 9:20
Si Apple refuse de suivre les lois européennes, il n'y a qu'à leur interdire toute vente dans les 27 pays membres de l'UE. On verra s'ils sont prêts à s'assoir sur 450 millions de clients potentiels.
22  1 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/06/2022 à 13:32
Le Parlement et le Conseil de l'UE devraient s'accorder sur la mise en place d'un chargeur universel le 7 juin,
une mesure qui permettrait de réaliser jusqu'à 250 millions d'euros d'économies par an aux consommateurs

Le Parlement européen et la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs ont appelé à la création d'un chargeur universel au cours des dix dernières années, exhortant sans cesse la Commission à agir sur ce sujet. Selon les informations obtenues par l'agence Reuters, le Parlement et le Conseil de l'Union européenne devraient s'accorder sur la mise en place d'un chargeur universel le 7 juin prochain. La directive prévoit de contraindre les constructeurs d'appareils électroniques à installer le même port de chargement pour chaque smartphone, tablette, console ou paire d'écouteurs, mais aussi pour tous les ordinateurs portables. Avec le chargeur unique, l'utilisateur n'aura pas besoin de se balader avec une connectique différente pour chaque appareil. Il s'évitera au passage de devoir racheter à chaque fois des équipements différents. Selon une étude de la Commission, les consommateurs européens économiseront avec cette mesure jusqu'à 250 millions d'euros par an.

En 2020, environ 420 millions de téléphones mobiles et d'autres appareils électroniques portatifs ont été vendus dans l'UE. En moyenne, les consommateurs possèdent environ trois chargeurs pour téléphone mobile et en utilisent deux régulièrement. Malgré cela, 38 % des consommateurs déclarent avoir rencontré au moins une fois le problème de ne pas pouvoir recharger leur mobile parce que les chargeurs disponibles étaient incompatibles. La situation est non seulement peu pratique mais aussi coûteuse pour les consommateurs, qui dépensent environ 2,4 milliards d'euros par an pour des chargeurs indépendants qui ne sont pas vendus avec leurs appareils électroniques. En outre, on estime que les chargeurs mis au rebut ou non utilisés représentent jusqu'à 11 000 tonnes de déchets électroniques par an.

Afin de relever les défis pour les consommateurs et l'environnement, la Commission soutient, depuis 2009, une solution universelle pour la charge des téléphones mobiles et des appareils électroniques analogues. La Commission a d'abord facilité la conclusion par le secteur, en 2009, d'un accord volontaire qui a abouti à l'adoption du premier protocole d'accord et a permis de réduire de 30 à 3 le nombre de solutions de recharge existantes pour les téléphones mobiles sur le marché. À la suite de l'expiration du protocole en 2014, une nouvelle proposition présentée par le secteur en mars 2018 n'a pas été jugée satisfaisante en ce qui concerne la fourniture d'une solution universelle pour la charge ou la nécessité d'améliorer la commodité pour les consommateurs et de réduire les déchets électroniques.

En septembre 2021, la Commission a proposé un chargeur universel pour les appareils électroniques. Selon la Commission, grâce à la proposition de révision de la directive sur les équipements radioélectriques présentée, le port de charge et la technologie de recharge rapide seront harmonisés: le port USB Type-C deviendra le port standard pour tous les smartphones, tablettes, appareils photographiques, casques d'écoute, haut-parleurs portatifs et consoles de jeux vidéo portatives. En outre, la Commission a proposé de dissocier la vente de chargeurs de la vente d'appareils électroniques. La Commission a estimé que cela améliorera la commodité pour les consommateurs et réduira l'empreinte environnementale associée à la production et à l'élimination des chargeurs, soutenant ainsi les transitions écologique et numérique.

La Commission a proposé notamment :
  • un port de charge harmonisé pour les appareils électroniques : le port USB Type-C sera le port universel. Cela permettra aux consommateurs de charger leurs appareils avec le même chargeur USB Type-C, quelle que soit la marque de l'appareil.
  • une technologie harmonisée de recharge rapide, qui permettra d'éviter que différents producteurs limitent la vitesse de charge de manière injustifiée et contribuera à faire en sorte que la vitesse de charge soit la même quel que soit le chargeur compatible utilisé avec un appareil.
  • de dissocier la vente d'un chargeur de la vente de l'appareil électronique : les consommateurs pourront acheter un nouvel appareil électronique sans nouveau chargeur, ce qui limitera l'achat de chargeurs indésirables ou le nombre de chargeurs laissés inutilisés. Selon les estimations, la réduction de la production et de l'élimination des nouveaux chargeurs réduira la quantité de déchets électroniques de près de 1 000 tonnes par an.
  • une meilleure information des consommateurs : les producteurs devront fournir des informations pertinentes sur les performances en matière de charge, y compris des informations sur la puissance requise par le dispositif et sur la question de savoir si celui-ci prend en charge la recharge rapide. Les consommateurs pourront ainsi plus facilement voir si leurs chargeurs existants satisfont aux exigences de leur nouvel appareil ou sélectionner un chargeur compatible. Cette mesure, combinée à d'autres, aiderait les consommateurs à limiter le nombre de nouveaux chargeurs achetés et leur permettrait d'économiser 250 millions d'euros par an en évitant d'acheter des chargeurs inutiles.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique, a déclaré à ce propos: «Cela fait suffisamment longtemps que les consommateurs européens sont agacés par l'accumulation de chargeurs incompatibles dans leurs tiroirs. Nous avons donné au secteur tout le temps nécessaire pour qu'il propose ses propres solutions, mais le temps est désormais venu de prendre des mesures législatives en faveur d'un chargeur universel. Il s'agit d'un gain important pour nos consommateurs et notre environnement, conforme à nos ambitions écologiques et numériques.»

Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur, a déclaré pour sa part: «Les chargeurs alimentent tous nos appareils électroniques les plus essentiels. Avec un nombre toujours plus important d'appareils, un nombre croissant de chargeurs non interchangeables ou inutiles sont vendus. Nous mettons un terme à cette situation. Avec notre proposition, les consommateurs européens pourront utiliser un chargeur unique pour l'ensemble de leurs appareils électroniques portables. Il s'agit d'une mesure importante pour améliorer la commodité et réduire les déchets.»


Chargement des appareils électroniques portables: un port USB-C pour tout le monde

Fin avril, la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs a adopté sa position sur la révision de la directive relative aux équipements radioélectriques par 43 voix pour et 2 contre.

Les nouvelles règles visent non seulement à garantir que les consommateurs n'aient plus besoin d'un nouveau chargeur et de nouveaux câbles chaque fois qu'ils achètent un nouvel appareil portable, mais aussi à leur permettre de n'utiliser qu'un chargeur pour tous leurs gadgets électroniques de petite et moyenne taille. Les téléphones portables, les tablettes, les appareils photos numériques, les écouteurs et les casques audio, les consoles de jeu vidéo portables et les haut-parleurs portatifs devraient tous être pourvus d'un port USB-C, peu importe leur marque, exception faite des appareils trop petits pour ce type de port, comme les montres connectées, les dispositifs de suivi de la santé et de sport.

Au vu de la pratique de plus en plus répandue du chargement sans fil, les eurodéputés invitent aussi la Commission européenne à présenter une stratégie d'ici à la fin 2026 garantissant un niveau minimum d'interopérabilité pour toutes les nouvelles solutions de chargement. L'objectif vise à éviter une nouvelle fragmentation, continuer à réduire les déchets nocifs à l’environnement, garantir la commodité pour le consommateur et éviter les effets de verrouillage liés aux solutions de charge propriétaires.

Le rapporteur Alex Agius Saliba (S&D, MT) a déclaré: « Sachant que 500 millions de chargeurs pour dispositifs portatifs sont expédiés chaque année en Europe et qu'ils génèrent entre 11 000 et 13 000 tonnes de déchets électroniques, un chargeur unique pour les téléphones portables et d'autres dispositifs électroniques de petite ou moyenne taille profiterait à tout le monde. Cela permettra d’agir en faveur de l’environnement, de favoriser la réutilisation d’anciens produits électroniques, de réaliser des économies et de réduire les coûts superflus pour les entreprises et les consommateurs. Nous proposons une véritable politique globale en nous appuyant sur la proposition de la Commission, notamment en nous attelant à la question de l'interopérabilité des technologies de recharge sans fil d'ici à 2026 et en améliorant l'information fournie aux consommateurs avec des étiquettes spécifiques. Nous élargissons aussi son périmètre en incluant plus d'appareils, y compris les ordinateurs portables, qui devront s'aligner sur les nouvelles règles ».

Reuters rapporte que le Parlement et le Conseil de l'Union européenne devraient s'accorder sur la mise en place d'un chargeur universel le 7 juin prochain. Si un accord est bien validé lors du trilogue ce jour-là, il faudra attendre ensuite que la directive soit transposée dans chaque État membre. Une période qui laissera le temps aux industriels de se plier à la décision de l'Europe.

Conflits en série avec Apple

Apple est la principale récalcitrante à l’adoption du chargeur universel. Depuis 2009, l'entreprise a systématiquement dénoncé ce projet, expliquant qu’il nuirait à l’innovation dans le domaine. « Le temps qu’il a fallu pour aller de l’avant avec ce projet montre le pouvoir d’Apple, qui jusqu’ici est parvenu à retarder le processus, pendant que d’autres constructeurs ont accepté d’utiliser le port USB-B, et maintenant USB-C », expliquait l’eurodéputée verte Saskia Bricmont au New York Times en septembre dernier. Affirmer que la proposition de la Commission européenne de faire de l’USB-C la seule norme pour le chargement filaire des smartphones étoufferait l'innovation serait une énorme absurdité. Pour Anna Cavazzini, présidente de la commission de protection des consommateurs du Parlement européen, « si quelque chose de mieux que l'USB-C émergeait, les règles s'adapteraient. »

Ce dossier est loin d’être l’unique source de tensions entre la Commission européenne et la grande enseigne technologique. Cette dernière ne voit pas forcément d’un très bon œil les deux projets visant à réguler le numérique actuellement en discussion au niveau européen : le Digital Services Act (DSA) et le Digital Markets Act (DMA). Apple et ses homologues de la tech ont ainsi fait bondir leurs dépenses en lobbying pour atteindre 97 millions d’euros, selon un rapport de Corporate Europe Observatory et LobbyControl en août 2021.

A cela s’ajoute la condamnation infligée en 2016 par la Commission européenne imposant à Apple de rembourser l’Irlande à hauteur de 13 milliards d’euros d’impôts impayés.

Source : Reuters

Et vous ?

Quelles appréciations faites-vous de cette proposition ?
Selon vous, le problème d’incompatibilité entre les chargeurs avec les appareils de différentes marques sera-t-il définitivement réglé avec cette proposition de directive ?
Si cette loi prend forme, pensez-vous qu’on pourra avoir un iPhone avec un port USB-C sur le marché ?
Partagez-vous l'avis d'Apple qui estime que la proposition de l'Europe étoufferait l'innovation ?
19  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/04/2022 à 6:32
Vers un seul chargeur pour tous les smartphones et tablettes en Europe ? Les eurodéputés disent « oui » au chargeur universel,
et estiment que cela contribuera à la réduction des déchets électroniques

Les députés européens soutiennent la création d'un chargeur universel afin de réduire les déchets électroniques et d'optimiser l'utilisation de différents types d'appareils portables. Le Parlement européen et la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs ont appelé à la création d'un chargeur universel au cours des dix dernières années, exhortant sans cesse la Commission à agir sur ce sujet. La proposition relative à un chargeur universel a été présentée par la Commission européenne le 23 septembre 2021. Le Conseil a adopté sa position de négociation le 26 juin. Si la mesure fait grincer des dents certains fabricants, elle pourrait permettre aux consommateurs de réaliser des économies et de réduire les déchets générés par ces objets.

En 2020, environ 420 millions de téléphones mobiles et d'autres appareils électroniques portatifs ont été vendus dans l'UE. En moyenne, les consommateurs possèdent environ trois chargeurs pour téléphone mobile et en utilisent deux régulièrement. Malgré cela, 38 % des consommateurs déclarent avoir rencontré au moins une fois le problème de ne pas pouvoir recharger leur mobile parce que les chargeurs disponibles étaient incompatibles. La situation est non seulement peu pratique mais aussi coûteuse pour les consommateurs, qui dépensent environ 2,4 milliards d'euros par an pour des chargeurs indépendants qui ne sont pas vendus avec leurs appareils électroniques. En outre, on estime que les chargeurs mis au rebut ou non utilisés représentent jusqu'à 11 000 tonnes de déchets électroniques par an.

Afin de relever les défis pour les consommateurs et l'environnement, la Commission soutient, depuis 2009, une solution universelle pour la charge des téléphones mobiles et des appareils électroniques analogues. La Commission a d'abord facilité la conclusion par le secteur, en 2009, d'un accord volontaire qui a abouti à l'adoption du premier protocole d'accord et a permis de réduire de 30 à 3 le nombre de solutions de recharge existantes pour les téléphones mobiles sur le marché. À la suite de l'expiration du protocole en 2014, une nouvelle proposition présentée par le secteur en mars 2018 n'a pas été jugée satisfaisante en ce qui concerne la fourniture d'une solution universelle pour la charge ou la nécessité d'améliorer la commodité pour les consommateurs et de réduire les déchets électroniques.

En septembre 2021, la Commission a proposé un chargeur universel pour les appareils électroniques. Selon la Commission, grâce à la proposition de révision de la directive sur les équipements radioélectriques présentée, le port de charge et la technologie de recharge rapide seront harmonisés: le port USB Type-C deviendra le port standard pour tous les smartphones, tablettes, appareils photographiques, casques d'écoute, haut-parleurs portatifs et consoles de jeux vidéo portatives. En outre, la Commission a proposé de dissocier la vente de chargeurs de la vente d'appareils électroniques. La Commission a estimé que cela améliorera la commodité pour les consommateurs et réduira l'empreinte environnementale associée à la production et à l'élimination des chargeurs, soutenant ainsi les transitions écologique et numérique.

La Commission a proposé notamment :
  • un port de charge harmonisé pour les appareils électroniques : le port USB Type-C sera le port universel. Cela permettra aux consommateurs de charger leurs appareils avec le même chargeur USB Type-C, quelle que soit la marque de l'appareil.
  • une technologie harmonisée de recharge rapide, qui permettra d'éviter que différents producteurs limitent la vitesse de charge de manière injustifiée et contribuera à faire en sorte que la vitesse de charge soit la même quel que soit le chargeur compatible utilisé avec un appareil.
  • de dissocier la vente d'un chargeur de la vente de l'appareil électronique: les consommateurs pourront acheter un nouvel appareil électronique sans nouveau chargeur, ce qui limitera l'achat de chargeurs indésirables ou le nombre de chargeurs laissés inutilisés. Selon les estimations, la réduction de la production et de l'élimination des nouveaux chargeurs réduira la quantité de déchets électroniques de près de 1 000 tonnes par an.
  • une meilleure information des consommateurs: les producteurs devront fournir des informations pertinentes sur les performances en matière de charge, y compris des informations sur la puissance requise par le dispositif et sur la question de savoir si celui-ci prend en charge la recharge rapide. Les consommateurs pourront ainsi plus facilement voir si leurs chargeurs existants satisfont aux exigences de leur nouvel appareil ou sélectionner un chargeur compatible. Cette mesure, combinée à d'autres, aiderait les consommateurs à limiter le nombre de nouveaux chargeurs achetés et leur permettrait d'économiser 250 millions d'euros par an en évitant d'acheter des chargeurs inutiles.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l'ère du numérique, a déclaré à ce propos: «Cela fait suffisamment longtemps que les consommateurs européens sont agacés par l'accumulation de chargeurs incompatibles dans leurs tiroirs. Nous avons donné au secteur tout le temps nécessaire pour qu'il propose ses propres solutions, mais le temps est désormais venu de prendre des mesures législatives en faveur d'un chargeur universel. Il s'agit d'un gain important pour nos consommateurs et notre environnement, conforme à nos ambitions écologiques et numériques.»

Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur, a déclaré pour sa part: «Les chargeurs alimentent tous nos appareils électroniques les plus essentiels. Avec un nombre toujours plus important d'appareils, un nombre croissant de chargeurs non interchangeables ou inutiles sont vendus. Nous mettons un terme à cette situation. Avec notre proposition, les consommateurs européens pourront utiliser un chargeur unique pour l'ensemble de leurs appareils électroniques portables. Il s'agit d'une mesure importante pour améliorer la commodité et réduire les déchets.»


Chargement des appareils électroniques portables: un port USB-C pour tout le monde

Les députés européens disent « oui » à la création d'un chargeur universel

Mercredi, la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs a adopté sa position sur la révision de la directive relative aux équipements radioélectriques par 43 voix pour et 2 contre.

Les nouvelles règles visent non seulement à garantir que les consommateurs n'aient plus besoin d'un nouveau chargeur et de nouveaux câbles chaque fois qu'ils achètent un nouvel appareil portable, mais aussi à leur permettre de n'utiliser qu'un chargeur pour tous leurs gadgets électroniques de petite et moyenne taille. Les téléphones portables, les tablettes, les appareils photos numériques, les écouteurs et les casques audio, les consoles de jeu vidéo portables et les haut-parleurs portatifs devraient tous être pourvus d'un port USB-C, peu importe leur marque, exception faite des appareils trop petits pour ce type de port, comme les montres connectées, les dispositifs de suivi de la santé et de sport.

La révision de cette directive s'intègre dans le cadre d’une action plus large lancée dans le but de traiter la question de la durabilité des produits mis sur le marché de l'Union, en particulier les appareils électroniques, et de réduire les déchets électroniques.

Des informations claires sur le chargement

Les députés souhaitent également plus d'informations claires et un étiquetage indiquant les options de chargement et précisant si un chargeur est proposé avec le nouvel appareil lors de l'achat. Cela permettrait d'éviter toute confusion et simplifierait les décisions d'achat pour les consommateurs qui possèdent souvent déjà plusieurs appareils électroniques et n'ont pas besoin de chargeurs supplémentaires.

Au vu de la pratique de plus en plus répandue du chargement sans fil, les eurodéputés invitent aussi la Commission européenne à présenter une stratégie d'ici à la fin 2026 garantissant un niveau minimum d'interopérabilité pour toutes les nouvelles solutions de chargement. L'objectif vise à éviter une nouvelle fragmentation, continuer à réduire les déchets nocifs à l’environnement, garantir la commodité pour le consommateur et éviter les effets de verrouillage liés aux solutions de charge propriétaires.

Le rapporteur Alex Agius Saliba (S&D, MT) a déclaré: « Sachant que 500 millions de chargeurs pour dispositifs portatifs sont expédiés chaque année en Europe et qu'ils génèrent entre 11 000 et 13 000 tonnes de déchets électroniques, un chargeur unique pour les téléphones portables et d'autres dispositifs électroniques de petite ou moyenne taille profiterait à tout le monde. Cela permettra d’agir en faveur de l’environnement, de favoriser la réutilisation d’anciens produits électroniques, de réaliser des économies et de réduire les coûts superflus pour les entreprises et les consommateurs. Nous proposons une véritable politique globale en nous appuyant sur la proposition de la Commission, notamment en nous attelant à la question de l'interopérabilité des technologies de recharge sans fil d'ici à 2026 et en améliorant l'information fournie aux consommateurs avec des étiquettes spécifiques. Nous élargissons aussi son périmètre en incluant plus d'appareils, y compris les ordinateurs portables, qui devront s'aligner sur les nouvelles règles ».

Prochaines étapes

Dès que l'ensemble du Parlement aura approuvé ce projet de position de négociation lors de la session plénière de mai, les députés pourront entamer les discussions avec les gouvernements de l'UE sur la version définitive de la législation.

Conflits en série avec Apple

Apple est la principale récalcitrante à l’adoption du chargeur universel. Depuis 2009, l'entreprise a systématiquement dénoncé ce projet, expliquant qu’il nuirait à l’innovation dans le domaine. « Le temps qu’il a fallu pour aller de l’avant avec ce projet montre le pouvoir d’Apple, qui jusqu’ici est parvenu à retarder le processus, pendant que d’autres constructeurs ont accepté d’utiliser le port USB-B, et maintenant USB-C », expliquait l’eurodéputée verte Saskia Bricmont au New York Times en septembre dernier. Affirmer que la proposition de la Commission européenne de faire de l’USB-C la seule norme pour le chargement filaire des smartphones étoufferait l'innovation serait une énorme absurdité. Pour Anna Cavazzini, présidente de la commission de protection des consommateurs du Parlement européen, « si quelque chose de mieux que l'USB-C émergeait, les règles s'adapteraient. »

Ce dossier est loin d’être l’unique source de tensions entre la Commission européenne et la grande enseigne technologique. Cette dernière ne voit pas forcément d’un très bon œil les deux projets visant à réguler le numérique actuellement en discussion au niveau européen : le Digital Services Act (DSA) et le Digital Markets Act (DMA). Apple et ses homologues de la tech ont ainsi fait bondir leurs dépenses en lobbying pour atteindre 97 millions d’euros, selon un rapport de Corporate Europe Observatory et LobbyControl en août 2021.

A cela s’ajoute la condamnation infligée en 2016 par la Commission européenne imposant à Apple de rembourser l’Irlande à hauteur de 13 milliards d’euros d’impôts impayés.

Source : Parlement européen

Voir aussi :

Quelles appréciations faites-vous de cette proposition ?
Selon vous, le problème d’incompatibilité entre les chargeurs avec les appareils de différentes marques sera-t-il définitivement réglé avec cette proposition de directive ?
Si cette loi prend forme, pensez-vous qu’on pourra avoir un iPhone avec un port USB-C sur le marché ?
Partagez-vous l'avis d'Apple qui estime que la proposition de l'Europe étoufferait l'innovation ?
18  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 31/01/2020 à 21:07
Les législateurs européens se prononcent en faveur d'une résolution pour un chargeur commun de smartphone,
malgré les protestations d'Apple

Les législateurs européens ont voté 582-40 en faveur d'une résolution pour inciter la Commission à agir sur une solution de recharge unique pour les smartphones. Comme l'a noté Reuters, la Commission, qui rédige les lois de l'UE et agit en tant que branche exécutive de l'organisme, travaille à un chargeur commun depuis plus d'une décennie.

La mesure adoptée appelle à l'adoption d'une loi relative à la normalisation et à l'harmonisation des chargeurs introduite pour la première fois en 2014 ou, à sa place, à l'introduction d'une mesure législative similaire. Les législateurs appellent à une décision d'ici juillet.

Les explications des législateurs

Dans la proposition de résolution commune, ils notent :

« considérant que le marché unique a été et reste le fondement de la réussite économique de l’Union européenne, la pierre angulaire de l’intégration européenne et un moteur de croissance et d’emploi;

« considérant que le marché unique n’exploite pas pleinement son potentiel et que la fragmentation croissante du marché des chargeurs de téléphones portables et autres appareils électroniques de petite et moyenne taille a pour conséquences d’accroître la quantité de déchets électroniques et de mécontenter les consommateurs;

« considérant que les consommateurs doivent encore se procurer différents chargeurs lorsqu’ils achètent de nouveaux appareils auprès de vendeurs différents, et qu’ils sont obligés d’acheter un nouveau chargeur lorsqu’ils acquièrent un nouvel appareil auprès du même vendeur;

« considérant que, depuis plus de dix ans, les députés européens réclament un chargeur universel pour les équipements radioélectriques mobiles, notamment les téléphones mobiles, les tablettes, les liseuses, les caméras intelligentes, les technologies portables ainsi que les autres appareils électroniques de petite ou moyenne taille; que la Commission a plusieurs fois reporté l’acte délégué complétant la directive 2014/53/UE relative aux équipements radioélectriques;

« considérant qu’il est essentiel, pour la crédibilité de l’Union européenne aux yeux de ses citoyens et sur la scène internationale, que les actes législatifs adoptés par l’Union européenne soient transposés en temps utile par des mesures législatives concrètes;

« considérant que les accords volontaires entre les parties prenantes du secteur, bien qu’ils aient considérablement réduit le nombre de types de chargeurs sur le marché, n’ont pas abouti à une solution universelle de chargement, et que les consommateurs doivent toujours composer avec différents types de chargeurs sur le marché;

« considérant qu’environ 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont produits chaque année dans le monde, soit une moyenne de plus de 6 kg par personne; que la production totale de déchets électroniques en Europe en 2016 s’élevait à 12,3 millions de tonnes, soit 16,6 kg en moyenne par habitant[2]; que cela génère une empreinte écologique inutile que l’on peut réduire;

« considérant qu’au titre du pacte vert pour l’Europe, le Parlement a demandé l’élaboration d’un nouveau plan d’action ambitieux pour l’économie circulaire dans le but de réduire l’empreinte totale de la production et de la consommation de l’Union sur l’environnement et les ressources, en privilégiant l’efficacité des ressources, une pollution nulle et la réduction des déchets;

« considérant que les tendances de consommation ces dix dernières années montrent que le nombre de propriétaires de plusieurs appareils est en augmentation et que le cycle de vie de certains équipements radioélectriques, par exemple les smartphones, s’est raccourci; que les équipements anciens sont souvent remplacés parce qu’ils sont considérés comme dépassés; qu’en outre, ces tendances entraînent la production de déchets électroniques supplémentaires, notamment de chargeurs;

« considérant que les consommateurs possèdent, utilisent et transportent souvent de nombreux chargeurs différents pour des appareils similaires alimentés par des batteries; que l’offre pléthorique de chargeurs entraîne par conséquent des coûts excessifs et des désagréments pour les consommateurs, et génère une empreinte écologique inutile;

« considérant que la population utilise désormais des appareils mobiles dans de nombreuses situations quotidiennes, notamment en cas d’urgence ou lors de déplacements, faute également de pouvoir disposer de téléphones publics; que la population utilise un téléphone mobile facilement rechargeable pour accéder rapidement à des services essentiels et à des applications incontournables telles que les moyens de paiement, les moteurs de recherche, les appareils de navigation, etc.; que les appareils mobiles sont indispensables pour participer pleinement à la société;


« souligne expressément qu’il est urgent que l’Union européenne prenne des mesures réglementaires afin de réduire la quantité de déchets électroniques, de donner aux consommateurs les moyens de faire des choix s’inscrivant dans une perspective durable et de leur permettre de participer pleinement à un marché intérieur qui soit efficace et fonctionne bien;

« demande à la Commission de présenter et publier sans plus tarder les résultats de l’analyse d’impact sur la commercialisation de chargeurs universels pour téléphones mobiles et autres appareils compatibles, en vue de proposer des dispositions obligatoires;

« souligne qu’il est nécessaire d’adopter d’urgence une norme de chargeur universel pour les équipements radioélectriques mobiles et les autres appareils afin d’éviter une nouvelle fragmentation du marché intérieur;

« demande donc à la Commission de prendre des mesures pour la commercialisation sans plus tarder d’un chargeur universel en adoptant d’ici juillet 2020 l’acte délégué qui complète la directive 2014/53/UE relative aux équipements radioélectriques et définit une norme de chargeur universel pour les téléphones mobiles et autres équipements radioélectriques de petite et moyenne taille, ou, si nécessaire, en adoptant une disposition législative d’ici juillet 2020;

« souligne que la Commission, sans entraver l’innovation, devrait veiller à ce que le cadre législatif applicable à un chargeur universel soit régulièrement réexaminé afin que les progrès techniques soient pris en compte; réaffirme l’importance de la recherche et de l’innovation dans ce domaine afin d’améliorer les technologies existantes et d’en proposer de nouvelles;

« souligne que la technologie de chargement sans fil peut apporter d’autres avantages, tels que la réduction des déchets électroniques; signale que de nombreux téléphones mobiles sont déjà rechargeables sans fil et qu’il convient d’éviter la fragmentation dans ce domaine; demande donc à la Commission de prendre des mesures pour assurer au mieux l’interopérabilité des différents chargeurs sans fil avec les différents appareils radioélectriques mobiles;

« rappelle que, conformément au règlement relatif à la normalisation, les organismes européens de normalisation doivent encourager la participation des parties prenantes, lesquelles sont, dans ce contexte, les organisations de PME, les organisations environnementales, les personnes handicapées, les personnes âgées et les consommateurs;

« estime que la Commission devrait réfléchir à des initiatives législatives destinées à accroître la collecte et le recyclage de chargeurs dans les États membres;

« demande instamment à la Commission de veiller à ce que les consommateurs ne soient plus obligés d’acheter de nouveaux chargeurs avec chaque nouvel appareil, de manière à réduire la quantité de chargeurs produits par an; considère que les stratégies de découplage permettraient d’obtenir de plus grands bienfaits pour l’environnement; souligne dans le même temps que toute mesure de découplage ne doit pas entraîner de hausse des prix pour les consommateurs; signale en outre qu’il convient de combiner les stratégies de découplage avec une solution universelle de chargement, faute de quoi les objectifs de la directive ne seront pas atteints ».


Apple s'oppose à l'appel de l'UE pour un chargeur commun de smartphones

Selon le Parlement, il existe désormais « un besoin urgent d'une action réglementaire de l'UE pour réduire les déchets électroniques, donner aux consommateurs les moyens de faire des choix durables et leur permettre de participer pleinement à un marché intérieur efficace et qui fonctionne bien ».

Les accords volontaires entre certaines entreprises technologiques ont considérablement réduit le nombre de types de chargeurs en circulation, mais une norme commune est difficile à atteindre, note la résolution. En tant que tels, les consommateurs sont confrontés à différents types de chargeurs sur le marché et sont parfois obligés d'acheter de nouveaux chargeurs avec chaque nouvel appareil. Les chargeurs sans fil pourraient être une solution, mais les législateurs exhortent la Commission à tenir compte de la fragmentation et à veiller à ce que les normes adoptées fonctionnent sur plusieurs appareils.

En son cœur, la résolution est conçue pour réduire les déchets électroniques. En 2016, l'Europe a généré 12,3 millions de tonnes de déchets électroniques, soit une moyenne de 16,6 kilogrammes par habitant. Un chargeur commun soulagerait une partie de ce fardeau, estiment les législateurs.


Le passage à une norme unique aurait un impact sur les entreprises qui utilisent une technologie propriétaire, Apple étant une cible particulièrement vulnérable compte tenu de sa vaste base d'utilisateurs installés et de sa dépendance au protocole Lightning. Lors d'une conférence téléphonique sur les résultats cette semaine, la société a déclaré avoir plus de 1,5 milliard d'appareils actifs en service dans le monde, dont un pourcentage important, probablement bien supérieur à 900 millions, sont des iPhone.

La semaine dernière, Apple s'est opposé à l'initiative de l'UE, affirmant qu'une évolution vers un chargeur commun « étoufferait l'innovation » et, ironiquement, entraînerait davantage de déchets électroniques lorsque les utilisateurs d'appareils iOS existants passeraient à une norme comme USB-C.

« Nous pensons qu'une réglementation qui force la conformité à travers le type de connecteur intégré à tous les smartphones étouffe l'innovation plutôt que de l'encourager, et nuirait aux consommateurs en Europe et dans l'économie dans son ensemble », a déclaré Apple dans un communiqué. « Nous espérons que la Commission continuera de rechercher une solution qui ne restreint pas la capacité de l'industrie à innover et à proposer de nouvelles technologies intéressantes aux clients ».

Pour Apple, la réglementation n'était pas nécessaire, car l'industrie est déjà en train de passer à l'USB-C via un connecteur ou un câble. « Nous espérons que la Commission (européenne) continuera de rechercher une solution qui ne restreint pas la capacité de l'industrie à innover », a déclaré Apple.

Lancé en 2014, l’USB-C est devenu le câble incontournable pour de nombreux gadgets émergents. Il est le dernier chargeur pour de nombreux ordinateurs portables et téléphones Android et est actuellement utilisé par l'Oppo Reno3, le Huawei P30 et le OnePlus7Pro. Cette décision de passer à l’USB-C obligerait Apple à utiliser ce câble dans les pays de l’Union européenne.

Ce câble est également susceptible d'être adopté à l'échelle mondiale afin d'éviter de créer un design différent pour les pays non membres de l'UE. La Commission européenne, qui agit en tant qu'exécutif de l'UE, fait pression pour un chargeur commun depuis plus d'une décennie.

Une étude réalisée par Copenhagen Economics à la demande d'Apple a montré que les dommages causés aux consommateurs par le passage obligatoire à un chargeur commun coûteraient au moins 1,5 milliard d'euros, dépassant les 13 millions d'euros d'avantages environnementaux associés. La Commission européenne publiera, quant à elle, une étude vers la fin du mois ou début février sur l'impact d'un chargeur commun.

Rappelons qu'en 2009, plusieurs entreprises, dont Apple, Samsung, Huawei et Nokia, ont signé un protocole d'accord volontaire pour harmoniser les chargeurs des nouveaux modèles de smartphones mis sur le marché en 2011. Cette approche volontaire ne fonctionne pas et il est temps de passer à la réglementation, selon des responsables de la Commission.

Le Parlement européen semble s'attaquer directement à la position d'Apple dans la résolution adoptée en ces termes : « souligne que la technologie de chargement sans fil peut apporter d’autres avantages, tels que la réduction des déchets électroniques; signale que de nombreux téléphones mobiles sont déjà rechargeables sans fil et qu’il convient d’éviter la fragmentation dans ce domaine; demande donc à la Commission de prendre des mesures pour assurer au mieux l’interopérabilité des différents chargeurs sans fil avec les différents appareils radioélectriques mobiles ».

Source : résolution

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Êtes-vous pour ou contre le passage à un chargeur commun ? Pourquoi ?
Que pensez-vous des arguments d'Apple avancés pour justifier le fait qu'il est important de ne pas procéder à une telle normalisation ?
Que pensez-vous des arguments des législateurs qui pensent que cela permettrait de moins polluer ?
Disposez-vous d'un iPhone ? Cela vous arrangerait-il de passer à un chargeur USB-C ?
14  0 
Avatar de Olivier Famien
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 23/09/2021 à 4:13
L’UE prévoit de légiférer pour un chargeur de téléphone commun malgré les grognements d’Apple
afin d’imposer un chargeur universel aux fabricants d’appareils d’ici 2024

Le mois dernier, il avait été rapporté que la Commission européenne présenterait un dossier dans ce mois de septembre pour s’attaquer au problème de la multiplicité de chargeurs des appareils mobiles de petite et moyenne taille qui pullulent sur le marché et favorisent d’énormes quantités de déchets électroniques. Selon certaines sources proches du dossier, dans quelques heures les législateurs européens vont passer à l’action en présentant aujourd’hui jeudi une proposition de loi qui obligera tous les fabricants de téléphones portables, mais aussi de tablettes, d’enceintes, d’appareils photo et d’écouteurs à fournir un port de charge unique, notamment l’USB-C, sur ces appareils d’ici 2024. Cette directive devrait également rendre le protocole de charge rapide interopérable entre les marques et les appareils. Si pour Bruxelles, cette décision est plus que nécessaire dans la mesure où elle contribuera à faire baisser le nombre de déchets électroniques produits par année, pour les fabricants et précisément Apple, cela va à l’encontre de ses intérêts économiques battis sur son port de charge « Lightning » et facturé aux fabricants de câbles et revendeurs qui veulent l’utiliser.

Depuis plusieurs années, la Commission européenne travaille à faire adopter un chargeur mobile universel pour les équipements de petite et moyenne taille. Après avoir échoué à faire adopter une norme de manière consensuelle par l’industrie elle-même, la Commission a pris ses responsabilités et veut l’imposer aux différents acteurs. En principe, cette décision ne devrait pas bousculer les principes de fabrication et les activités économiques des entreprises en général qui ont commencé à basculer vers l’USB-C depuis son apparition en 2014. Mais Apple qui met un point d’honneur à entourer ses appareils d’éléments propriétaires, ce qui a pour objectif de créer une enclave autour de ses appareils et par conséquent de ses utilisateurs, travaille à repousser aussi loin que possible cette initiative, en tout cas pour ses iPhone.

Nous précisions que depuis plusieurs années, les critiques et la pression faite à Apple ont poussé l’entreprise à lâcher du lest. En 2015, Apple a commencé à abandonner son port MagSafe sur ses ordinateurs portables MacBook au profit de l’USB-C. En 2018, ce fut à l’iPad qu’Apple a commencé à s’attaquer avec le remplacement du port Lightning par l’USB-C sur l’iPad pro. Il y a quelques jours, Apple a présenté ses nouveaux iPhone et iPad qui seront vendus au cours des douze prochains mois, et lors de cette présentation, une des annonces qui a réjoui les utilisateurs est l’apparition du port USB-C sur l’iPad mini. Malgré tous ces efforts, l’iPhone qui est de loin l’activité la plus génératrice de revenus aux côtés des autres produits et services vendus par Apple (Mac, iPad, Wearables, Domotique et Accessoires et les Services) est toujours assujetti au port Lightning depuis 2012. Si Apple continue toujours de s’agripper à son connecteur propriétaire, c’est qu’en fait les enjeux sont assez colossaux. Avec son connecteur Lightning, Apple s’est bâti une fortune en prélevant une commission sur les câbles certifiés MFi (Made for iPhone ou Conçu pour iPhone). Adopter un chargeur aux standards ouverts reviendrait donc à renoncer à cette manne financière dont Apple n’a de cesse de s’abreuver auprès des revendeurs de chargeurs et autres accessoires d’iPhone. Et pour défendre sa cause, l’entreprise déclare que l’adoption d’un chargeur commun pourrait nuire à l’innovation au lieu de l’encourager.

Avec cette nouvelle directive qui doit être présentée, les fabricants pourront conserver leur port de charge propriétaire s’ils le souhaitent, mais devront impérativement intégrer au moins un port USB-C. Étant une obligation, il ne sera pas possible de fournir un adaptateur pour les appareils concernés comme Apple a eu à la faire par le passé pour ne pas passer au port Micro-USB. Par ailleurs, vu que les chargeurs USB-C sont vendus depuis longtemps avec les appareils, le projet de loi compte imposer aux fabricants de ne plus fournir de chargeur dans les coffrets des nouveaux appareils concernés. Ceci, afin de réduire les déchets électroniques issus de l’accumulation inutile de chargeurs.

Pour Apple, ce dernier volet ne changera pas grand-chose, car l’entreprise a commencé à ne plus fournir de chargeurs pour ses iPhone et autres appareils vendus depuis quelques années. Par contre, vu que le projet de loi s’attaque également aux appareils comme les enceintes et les casques audio, Apple devra également penser, si cette loi passe, à retirer ses ports Lightning sur ses Airpod Max, ses boîtiers d’Airpod Pro ainsi que ses HomePod au profit des ports USB-C. Et là encore, il ne sera pas possible pour Apple de tricher en bridant le taux de transfert de charge, car la directive devrait obliger les fabricants à rendre le protocole de charge rapide interopérable entre les marques et les appareils.


Pour Apple, la dernière option qui s’offre afin de ne pas adopter l’USB-C serait de retirer complètement le port Lightning de ses appareils et d’imposer aux utilisateurs la charge sans fil uniquement pour charger les appareils. En effet, étant donné que les nouvelles règles de l’Union européenne (UE) ne s’appliqueront pas aux liseuses et aux chargeurs sans fil, il serait donc possible pour Apple de faire passer l’iPhone entre les mailles du filet. En principe, même si la directive ne concerne pas la charge sans fil, le marché devrait pouvoir dicter sa loi. Toutefois, la réalité a montré que ce principe ne s’impose pas à Apple surtout pour les ventes de ses iPhone. En effet, lorsqu’Apple a décidé de ne plus inclure de chargeur dans le coffret des nouveaux iPhone, alors que de nombreuses personnes ont soutenu que cela entraînerait une chute des ventes des iPhone, l’expérience a montré qu’il n’en était rien. Il est donc plus que probable que le résultat serait le même si Apple décidait de vendre ses iPhone uniquement avec la charge sans fil. Si Apple décidait d’emprunter cette voie, cela serait vraiment difficile, d’un point de vue utilisateur, d’utiliser son téléphone et les autres appareils uniquement avec la recharge sans fil. Cela reviendrait à toujours se balader avec son chargeur, car en cas décharge de la batterie, il serait difficile d’avoir facilement un chargeur sans fil pour la recharger. Mais les utilisateurs d’iPhone ont déjà montré qu’ils étaient pleins de ressources et surtout prêts à se conformer aux contraintes de l’entreprise.

Si le texte est adopté, il entrera en vigueur au début de l’année 2022. Un an sera donné aux pays membres pour le transposer en droit interne. Les fabricants auront une autre année pour le mettre en œuvre, ce qui signifie qu’il devrait être mis en place d’ici la mi-2024.

Source : La Commission européenne

Et vous ?

À votre avis, l’UE parviendra-t-elle à imposer un chargeur commun universel ?

Selon vous, Apple va-t-il ajouter l’USB-C à ses iPhone au cas où cette loi est adoptée dans l’UE ?

Si Apple décidait de vendre un iPhone rechargeable sans fil uniquement pour contourner cette loi, pensez-vous que cela repoussera les utilisateurs ?

Voir aussi

Câble de chargement iPhone : Apple pourrait être contraint de passer à l’USB-C, sur décision de l’Union européenne
Chargeur universel pour les mobiles : la Commission européenne à bout de patience estimant insatisfaisants les progrès réalisés après près de 10 ans
Le parlement européen valide l’adoption d’un chargeur universel pour les appareils radioélectriques, Apple devra se conformer à la règle
Apple s’oppose à l’appel de l’UE pour un chargeur commun de smartphone, affirmant que cela pourrait nuire à l’innovation au lieu de l’encourager
13  0 
Avatar de Olivier Famien
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 15/08/2021 à 0:03
L’Union européenne travaille à l'adoption d'un chargeur mobile universel,
mais Apple n'en veut pas

Afin de donner un coup de fouet au projet de standardisation des chargeurs pour les équipements radioélectriques mobiles de petite ou moyenne taille comme les téléphones mobiles, les tablettes, les liseuses, les technologies portables, etc., les législateurs européens ont voté en début d’année 2020 en faveur de la publication d’une résolution. Alors que l’on croyait qu’il suffirait de quelques mois pour que cette résolution soit adoptée par la Commission européenne, l’année 2020 s’est achevée et nous en sommes encore là avec les 3 types de chargeurs (micro-USB, lightning, et USB-C) qui dominent le marché. Depuis quelques jours, le même débat commence à refaire surface dans les couloirs de la Commission européenne qui, selon des sources proches du dossier, prépare actuellement un projet de loi qu’elle présentera le mois prochain afin d’en finir une bonne fois pour toutes avec ce dossier. Mais pourra-t-elle y parvenir avec Apple qui est entièrement opposé à ce projet ?

Il faut souligner que cette initiative ne date pas de la décennie actuelle. En effet, depuis 2009, les acteurs de l’industrie ont tenté sans succès de s’accorder sur l’adoption d’un seul type de connecteurs de câble de chargeur pour alimenter les téléphones portables. Au départ, quatorze fabricants, dont Apple, Samsung, Huawei et Nokia, ont signé de leur propre chef un protocole d’accord en vertu duquel ils acceptaient d’harmoniser les chargeurs des smartphones destinés à être commercialisés deux ans plus tard. En 2011, le chargeur micro-USB a été adopté par l’UE comme chargeur de référence pour les terminaux mobiles. L’objectif était de réduire au maximum le nombre de déchets électroniques occasionnés par la multiplicité de chargeurs différents. La plupart des entreprises ont suivi ce standard, ce qui a permis de réduire le nombre de chargeurs de plus de 30 à seulement quelques-uns. Par ailleurs, vu que toutes les entreprises n’étaient pas encore prêtes à mettre en œuvre ce protocole d’accord qui expirait en 2012, il a été reconduit jusqu’en 2014. Mais depuis 2014, aucune solution acceptable à la fois pour l'industrie et la Commission n'a été trouvée.

Si un grand nombre d’entreprises n’ont pas rechigné pas à s’aligner sur les normes proposées, il n’en est pas de même pour Apple. Dans le protocole d’accord qui avait été signé, une ouverture avait été faite pour que les entreprises puissent continuer à proposer des connecteurs autres le micro USB, si bien sûr un adaptateur était fourni. Apple ne s’est pas fait prier et a donc utilisé cette faille pour sortir en 2012 son connecteur lightning en remplacement du connecteur à 30 broches sorti depuis 2003. Pour se prémunir des attaques qui pointeraient du doigt le non-respect du protocole que l’entreprise avait signé, Apple a mis à la disposition des utilisateurs des adaptateurs micro-USB vers lightning.

En 2014, le connecteur USB a évolué avec la sortie de l’USB-C. Presque toute l’industrie a adopté l’USB-C. Toutefois, Apple qui fait partie des entreprises qui ont travaillé à l’implémentation de ce connecteur n’a pas pour autant basculé, en tout cas pour ce qui concerne le chargeur de ses iPhone. Depuis 2012 jusqu’à présent, tous les iPhone sont pourvus de port lightning. Seuls les MacBook et les iPad pros ont vu leurs connectiques être mises à jour afin de pouvoir être compatibles avec des câbles USB-C. L’argument d’Apple pour justifier son attachement au chargeur lightning est que « l’adoption d’un port de charge commun pour les appareils mobiles va freiner l’innovation dont le préjudice futur est estimé à 1,5 milliard d’euros », contre 13 millions d’euros d’avantages environnementaux mis en avant par l’Union européenne.


Pour Apple, en passant au chargeur USB-C, les utilisateurs d’anciens iPhone se retrouveraient à devoir mettre au rebus leurs anciens appareils pour adopter les nouveaux modèles, ce qui entraînerait une montagne de déchets. En outre, ils pourraient être amenés à payer de nouveaux chargeurs pour leurs nouveaux iPhone, dans la mesure où Apple ne fournit plus de chargeur lors de l’achat d’iPhone. Mais déjà, il convient de préciser que nombreux utilisateurs payent des chargeurs pour leurs iPhone qui ne sont pas fournis avec des chargeurs. Un grand nombre d’utilisateurs estimant que le chargeur cinq watts fourni par Apple est dépassé, ces derniers n’hésitent pas à aller payer des chargeurs plus puissants pour bénéficier de la charge rapide. Au point où nous en sommes, autant payer un chargeur (comme celui de type USB-C) que l’on peut utiliser avec plusieurs appareils que d’acheter un chargeur que l’on utilisera seulement avec l’iPhone. Et c’est à ce niveau que se situe le combat de la Commission européenne. En effet, environ 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont produites chaque année dans le monde, soit une moyenne de plus de 6 kg par personne. En 2016, la production totale de déchets électroniques en Europe s’élevait à 12,3 millions de tonnes, soit 16,6 kg en moyenne par habitant. Cela génère une empreinte écologique inutile que l’on peut réduire, souligne la Commission européenne. Aussi, vu que l’industrie n’a pas réussi à imposer volontairement un chargeur unique pour les appareils mobiles, l’institution européenne veut utiliser la législation pour le faire.

Selon une enquête menée en 2019 par la Commission européenne, la moitié des chargeurs vendus avec les téléphones portables dans l’espace européen en 2018 étaient des connecteurs « micro USB de type B », contre 29 % qui étaient des connecteurs de type USB-C et 21 % qui étaient des connecteurs lightning. En plus de causer des désagréments au consommateur, cela a créé des déchets électroniques inutiles, précise la Commission européenne. Depuis 2019, l’USB-C s’est largement démocratisé. En face de l’USB-C qui permet un transfert de données à très haut débit, nous avons le câble lightning qui ne permet dont le taux de transfert de données se situe entre l’USB 2.0 et l’USB 3.0. Si Apple veut parler d’innovation, il serait convenable d’adopter l’USB-C en toute objectivité. De même, les parlementaires de l’UE expliquent dans leur proposition de résolution que la Commission « devrait veiller à ce que le cadre législatif applicable à un chargeur universel soit régulièrement réexaminé afin que les progrès techniques soient pris en compte ». L’objectif n’est donc pas de freiner l’innovation comme Apple le soutient.

Malgré toutes ces garanties, si Apple continue toujours de s’agripper à son connecteur propriétaire, c’est qu’en fait les enjeux sont assez colossaux. Avec son connecteur Lightning, Apple s’est bâti une fortune en prélevant une commission sur les câbles certifiés MFi (Made for iPhone ou Conçu pour iPhone). Adopter un chargeur aux standards ouverts reviendrait donc à renoncer à cette manne financière dont Apple n’a de cesse de s’abreuver auprès des revendeurs de chargeurs et autres accessoires d’iPhone. Mais Apple aura-t-il le choix si la Commission européenne adoptait finalement cette loi pour un chargeur unique ? Selon les rumeurs, Apple pourrait sortir des iPhone uniquement rechargeables sans fil. Serait-ce pour passer entre les mailles du filet ? La Commission ne devrait-elle pas s’attaquer en même temps à la standardisation des chargeurs sans fil ?

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de ce projet de chargeur commun ? Bon ou mauvais ?

Selon vous, les arguments de réduction de déchets électroniques mis en avant par l’UE sont-ils crédibles en adoptant un chargeur commun ?

Quels commentaires faites-vous de la défense d’Apple selon laquelle l’adoption d’un chargeur commun entraînerait plus d’inconvénients que d’avantages ?
12  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 24/01/2020 à 7:50
Apple s'oppose à l'appel de l'UE pour un chargeur commun de smartphone
affirmant que cela pourrait nuire à l'innovation au lieu de l'encourager

Les législateurs européens ont fait une demande pour développer un port de charge commun pour tous les smartphones disponibles sur le marché et veulent obliger Apple à s’y conformer. Il sera donc question pour la société d’adopter les câbles USB-C et abandonner le connecteur Lightning extrêmement populaire en Europe.

L'UE devrait voter sur la question lors d'une prochaine session, mais aucune date n'a encore été annoncée. Si cela arrivait, ce serait le troisième câble d'Apple en 13 ans. Pour soutenir cette décision, l’UE déclare que cela contribuera à réduire les déchets électroniques puisque d’après certaines estimations, les anciens chargeurs génèrent plus de 51000 tonnes de déchets électroniques par an.

De plus, les députés veulent des mesures contraignantes pour que les chargeurs s'adaptent à tous les téléphones et autres appareils portables, ce qui facilitera la vie aux utilisateurs. Toutefois, Apple n'est pas de cet avis et c'est normal, car le passage à un chargeur commun affecterait l'entreprise plus que toute autre entreprise, car ses iPhones et la plupart de ses produits sont alimentés par son câble Lightning, tandis que les appareils Android sont alimentés par des connecteurs USB-C.

« Nous pensons qu'une réglementation qui force la conformité à travers le type de connecteur intégré à tous les smartphones étouffe l'innovation au lieu de l'encourager, et nuirait aux consommateurs en Europe et à l'économie dans son ensemble », a déclaré Apple dans un communiqué.


Les commentaires d'Apple sont intervenus une semaine après que les législateurs du Parlement européen ont appelé à un chargeur commun pour tous les téléphones mobiles et ont modifié un projet de loi pour dire que la capacité de travailler avec des chargeurs communs serait une exigence essentielle pour les équipements radio en général.

Pour Apple, la réglementation n'était pas nécessaire car l'industrie est déjà en train de passer à l'USB-C via un connecteur ou un câble. « Nous espérons que la Commission (européenne) continuera de rechercher une solution qui ne restreint pas la capacité de l'industrie à innover », a déclaré Apple.

Lancé en 2014, l’USB-C est devenu le câble incontournable pour de nombreux gadgets émergents. Il est le dernier chargeur pour de nombreux ordinateurs portables et téléphones Android et est actuellement utilisé par l'Oppo Reno3, le Huawei P30 et le OnePlus7Pro. Cette décision de passer à l’USB-C obligerait Apple à utiliser ce câble dans les pays de l’Union européenne.

Ce câble est également susceptible d'être adopté à l'échelle mondiale afin d'éviter de créer un design différent pour les pays non membres de l'UE. La Commission européenne, qui agit en tant qu'exécutif de l'UE, fait pression pour un chargeur commun depuis plus d'une décennie.

Une étude réalisée par Copenhagen Economics à la demande d'Apple a montré que les dommages causés aux consommateurs par le passage obligatoire à un chargeur commun coûteraient au moins 1,5 milliard d'euros, dépassant les 13 millions d'euros d'avantages environnementaux associés. La Commission européenne publiera, quant à elle, une étude vers la fin du mois ou début février sur l'impact d'un chargeur commun.

Rappelons qu'en 2009, plusieurs entreprises, dont Apple, Samsung, Huawei et Nokia, ont signé un protocole d'accord volontaire pour harmoniser les chargeurs des nouveaux modèles de smartphones mis sur le marché en 2011. Cette approche volontaire ne fonctionne pas et il est temps de passer à la réglementation, selon des responsables de la Commission.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Êtes-vous pour ou contre le passage à un chargeur commun ? Pourquoi ?
Disposez-vous d'un iPhone ? Cela vous arrangerait-il de passer à un chargeur USB-C ?

Voir aussi

Câble de chargement iPhone : Apple pourrait être contraint de passer à l'USB-C, sur décision de l'Union européenne

Apple augmente la taille maximale des fichiers binaires d'iOS sur l'App Store pour la première fois

Développeurs Web : Microsoft Blazor vous permet de créer des applications natives iOS et Android en C#, .NET, grâce à son nouveau projet expérimental Mobile Blazor Bindings

La norme USB 3.2 va accentuer le flou existant autour de l'identification des technologies USB actuelles avec trois déclinaisons de l'USB SuperSpeed
11  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 16/08/2021 à 8:54
Si Apple ne souhaite pas d'un tel standard, c'est qu'une telle loi ne doit pas être faite
C'est Apple qui décide des lois maintenant ? Si on suis ce raisonnement, on dois aussi les laisser faire monter les iphones par des enfants ?

De plus, Apple ne fournit plus de chargeurs avec les nouveaux iPhone pour des raisons écologiques
Mais bien sûr, d'autant plus que ça fait chauffer la batterie plus qu'une recharge filaire et réduit donc la vie de celle-ci, sans parler que vu que ça chauffe plus, il y a une perte d'énergie par effet joule. J'espère au moins que la recharge est toujours possible via le connecteur lightning.

... et voudrait bien leur couper l'herbe sous le pied pour favoriser les téléphones européens comme la marque française Wiko
Et une connerie de plus : Wiko c'est chinois, wiko étant une marque déposée de l'entreprise chinoise Tinno Mobile Technology Corp.
12  1 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/08/2021 à 20:58
Une raison de plus de se passer d'Apple.
11  1